• Laurence Garnier

Sécurité à Nantes : "Pascal Bolo n'a jamais été l'homme de la situation", estime Laurence Garnier

Deux jours après l'agression d'une conductrice de tramway à Nantes, Laurence Garnier, cheffe de file de l'opposition au conseil municipal, a taclé mardi l'adjoint à la sécurité à la mairie de Nantes. Pascal Bolo songe à "anticiper l'arrêt du réseau le soir" pendant le confinement.


Deux jours après l'agression d'une conductrice de tramway sur la ligne 1 du tramway à Nantes, l'opposition au conseil municipal a répondu mardi 10 novembre à Pascal Bolo. L'adjoint à la sécurité à la mairie de Nantes songe à réduire le service du tramway le soir pendant le confinement pour "dégager des personnels afin d'avoir plus de présence humaine dans les transports".

"Je ne me résous pas à ce renoncement"

Pour Laurence Garnier, cheffe de file de l'opposition et sénatrice Les Républicains (LR), les propos de Pascal Bolo sont lunaires. "Pascal Bolo n'a jamais été l'homme de la situation. Quand on entend que, pour régler l'insécurité dans les transports, il faut supprimer les transports le soir, c'est irresponsable, réagit-elle. Je ne me résous pas à ce renoncement. Il est certain que le jour où il n'y aura plus de tramways, il n'y aura plus d’insécurité. Pascal Bolo, avec le cynisme qu'on lui connaît, prétendra alors avoir réglé la question de l'insécurité dans les transports."

Laurence Garnier propose le doublement des effectifs de la police municipale afin de "remettre Nantes dans la moyenne des villes de même taille". La sénatrice LR souhaite aussi ouvrir la question de l'armement des policiers municipaux.

dégradé site LG.png